Restons connectés

Bonjour, entrez votre recherche

Esprits PublicEsprits Public

Assurance, mutuelle santé

9 façons d’économiser sur les frais médicaux et les soins de santé

frais médicaux

Mon mari et moi pensions que les frais médicaux déboursés étaient élevés avant d’avoir des enfants, imaginez ce que nous avons ressenti lorsque nous avons introduit trois enfants dans le mélange. Entre les visites chez le médecin et les médicaments sur ordonnance, nous pouvons facilement dépenser plus de 300 euros certains mois et cela n’inclut même pas le coût de notre assurance maladie.

Les frais de santé sont élevés.

Nous ne sommes pas les seuls. Selon une étude, 62,1 % de toutes les faillites en 2007 étaient liées à des problèmes médicaux, et parmi ceux qui ont déposé un dossier, 92 % avaient des dettes médicales supérieures à 5 000 euros. Si vous faites partie des nombreux qui luttent contre les dépenses médicales, il existe plusieurs mesures que vous pouvez prendre pour réduire le fardeau et libérer une partie de l’argent que vous avez durement gagné.

1. Choisissez le bon régime d’assurance

Choisir le bon plan d’assurance peut vous aider à maintenir vos coûts de soins de santé au minimum – et il s’agit souvent de trouver un équilibre. Si vous souscrivez à un plan plus coûteux, vous pourriez finir par payer une prime d’assurance santé annuelle plus importante pour des services que vous n’utilisez finalement pas. D’un autre côté, si vous optez pour un plan trop peu coûteux, vous pourriez avoir à payer de votre poche un grand nombre de vos propres factures, ce qui pourrait finir par vous coûter plus cher qu’une prime plus élevée.

Déductibles

De nombreux plans de soins de santé imposent une franchise, qui est un montant spécifique que vous devez payer avant que votre compagnie d’assurance ne paie vos demandes. Plus votre prime annuelle est faible, plus votre franchise est élevée

La franchise n’est pas une obligation.

Typiquement, si votre régime exige une franchise, vous devez la respecter avant de bénéficier d’une quelconque couverture. Disons que vous avez une franchise de 1 000 euros et que vous avez besoin de deux procédures qui coûtent 1 000 euros chacune. Dans ce cas, vous devez payer la première procédure dans son intégralité, et votre compagnie d’assurance paie la deuxième procédure, à partir de laquelle vous n’êtes responsable que de la quote-part.

Une exception à cette règle concerne les soins préventifs et les visites chez le médecin. De nombreuses compagnies n’exigent pas que vous atteigniez votre franchise avant des payer. Si vous avez une franchise de 1 000 euros mais que vous consultez votre médecin pour votre examen annuel ou pour la grippe avant que cette franchise ne soit atteinte, il est fort probable que vous ne soyez responsable que de votre copay. Toutefois, cette quote-part n’est pas non plus prise en compte dans le calcul de votre franchise. Certains régimes vous permettent également de payer une quote-part pour les médicaments avant que votre franchise ne soit atteinte.

Même si vous optez pour un plan plus traditionnel avec une franchise plus faible, vous pourriez tout de même être responsable d’une franchise de 500 euros ou plus. D’autre part, certains plans n’exigent aucune franchise du tout tant que vous restez dans le réseau. La franchise exacte dépend des conditions de votre régime et du nombre de personnes couvertes dans votre famille. Certains régimes imposent une franchise par personne, où chaque personne bénéficiant d’une couverture doit débourser un certain montant avant que sa franchise ne soit atteinte, tandis que d’autres sont assortis d’une franchise familiale, où un montant à débourser généralement plus élevé doit être acquitté, mais peut être partagé entre les membres de la famille couverts par le régime.

Coinsurance

La coassurance, c’est-à-dire le pourcentage qu’il vous incombe de payer après avoir atteint votre franchise, est un autre facteur à prendre en compte lors du choix d’un régime d’assurance maladie. Considérez-la comme une sorte d’accord de partage des coûts avec votre fournisseur d’assurance.

Disons que votre régime d’assurance a une politique de coassurance 80/20 une fois votre franchise atteinte. Cela signifie qu’une fois que vous avez atteint vos frais remboursables, votre compagnie d’assurance paie 80 % des coûts restants, vous laissant à la charge des 20 % restants. Parfois, les plans dont les primes annuelles sont plus élevées offrent des répartitions de coassurance plus favorables, bien que ce ne soit pas toujours le cas.

Copaiements

Un copayement, ou quote-part, est un montant fixe que vous devez payer pour les services médicaux, y compris les visites chez le médecin et les médicaments. Une fois que vous avez atteint la franchise de votre régime (ou si vous avez un régime qui permet de payer une quote-part pour des services avant d’atteindre la franchise), vous devez généralement payer une quote-part pour des services médicaux tels que les visites chez le médecin, les tests de diagnostic ou les interventions chirurgicales. Les copayages varient selon les plans, et il est possible d’avoir des copayages différents pour différents services et médicaments au sein d’un même plan.

Par exemple, certains plans facturent un certain copayement pour les visites de malades chez un médecin généraliste, mais facturent des copayages plus élevés pour les spécialistes tels que les endocrinologues et les ophtalmologistes. Le même concept s’applique aux prescriptions, où certains médicaments coûtent plus cher que d’autres.

Il arrive souvent que les plans dont les primes sont plus élevées offrent des copays moins élevés. Si vous prenez des médicaments sur ordonnance, par exemple, votre quote-part peut être plus élevée dans un régime à faible coût qu’elle ne le serait dans un régime dont les primes annuelles sont plus élevées.

Dans le cas d’un régime à faible coût, la quote-part peut être plus élevée dans un régime à forte prime.

Peser vos options

Bien que le choix d’un plan avec une faible prime annuelle puisse sembler tentant, ce n’est pas nécessairement l’option la plus rentable. Imaginez que l’on vous offre le choix entre deux plans, dont l’un coûte 1 000 euros par an avec une franchise de 3 000 euros et des quotes-parts de 50 euros en cabinet, et un autre qui coûte 2 000 euros par an avec une franchise de 1 500 euros et des quotes-parts de 25 euros en cabinet. Si vous ne tombez pas malade ou n’avez pas besoin de services médicaux au cours de l’année de votre plan, vous êtes gagnant en choisissant l’option avec la prime de 1 000 euros.

Bien que vous puissiez faire de votre mieux pour estimer vos besoins et vos dépenses médicales, vous ne savez jamais quelles maladies ou blessures inattendues peuvent survenir. En reprenant notre exemple, disons que vous vous retrouvez aux urgences et que vous devez payer 3 000 euros. Avec le régime le moins cher, en supposant que vous n’utilisiez pas d’autres services médicaux cette année-là, vous allez payer un total de 4 000 euros (3 000 euros pour votre franchise et 1 000 euros de prime). Cependant, avec le plan le plus cher, en supposant que vous n’utilisiez pas d’autres services médicaux cette année-là, vous ne paierez que 3 500 euros (1 500 euros pour votre franchise remboursable plus 2 000 euros de coûts de prime).

Les franchises mises à part, il pourrait toujours être judicieux de payer une prime plus élevée pour un plan offrant une meilleure couverture, notamment des visites chez le médecin et des copays d’ordonnance moins élevés. Pour vous aider à décider, faites une liste de tous les médicaments que vous prenez et examinez vos factures de l’année précédente pour voir à quelle fréquence vous et votre famille avez consulté des médecins et autres spécialistes médicaux. Bien que vous ne puissiez pas prédire l’avenir, vous pouvez faire des suppositions éclairées sur la base des données passées. Gardez à l’esprit que si vous avez des enfants, vous vous retrouverez probablement chez le médecin pour des visites de malades tout au long de l’année, car les enfants ont tendance à être exposés à de nombreux germes à l’école.

Quel que soit le type de plan que vous choisissez, il est impératif que vous preniez le temps de comprendre vos avantages avant de recevoir des services médicaux. Passez en revue les services qui sont et ne sont pas couverts, et découvrez si vous devez obtenir une recommandation ou une autorisation préalable avant d’aller de l’avant avec quoi que ce soit. Cela peut vous aider à éviter des frais remboursables inattendus qui ont le potentiel de faire des ravages sur vos finances.

Il y a plusieurs années, une de mes amies a consulté un spécialiste qui acceptait son assurance, mais elle a reçu une facture de 300 euros par la poste alors qu’elle s’attendait à ne devoir qu’une quote-part de 40 euros pour une visite au bureau. Il s’est avéré que son régime exigeait une recommandation de son médecin traitant pour consulter ce spécialiste, recommandation qu’elle n’avait pas obtenue. En conséquence, sa compagnie d’assurance a refusé de couvrir sa visite.

prestataire frais médicaux

2. Utiliser les prestataires du réseau

Les régimes d’assurance aiment passer des contrats avec certains médecins, spécialistes, hôpitaux, laboratoires et établissements. Ces prestataires sont connus sous le nom de in-network. Généralement, les prestataires du réseau acceptent d’accepter un tarif contractuel spécifique pour leurs services, qui est souvent inférieur au montant qu’ils factureraient autrement.

Si vous faites appel à un prestataire hors réseau, que ce soit par choix ou non, vous allez généralement payer beaucoup plus que vous ne le feriez avec un prestataire du réseau. Certains régimes d’assurance ne remboursent pas les services fournis par un prestataire hors réseau, ce qui signifie que si vous faites appel à un tel prestataire, vous risquez de devoir payer la totalité de sa facture. D’autres régimes vous demandent de payer un pourcentage de copaiement ou de coassurance plus élevé pour avoir recours à un prestataire hors réseau, tandis que certains imposent une franchise qui ne s’appliquerait pas autrement à un prestataire du réseau.

La raison pour laquelle vous êtes susceptible de payer plus de votre poche pour les prestataires hors réseau est qu’ils ne sont pas sous contrat avec votre compagnie d’assurance et ont donc le droit de facturer un montant plus élevé pour un service donné que ce que facturerait un prestataire du réseau. Supposons que vous ayez besoin de faire enlever un grain de beauté et que vous choisissiez un dermatologue hors réseau qui facture 500 euros. Votre compagnie d’assurance pourrait rejeter cette facture dans son intégralité, vous laissant responsable de son paiement. Ou, si votre couverture comprend un partage de coassurance 80/20 pour les fournisseurs hors réseau une fois que votre franchise est atteinte, vous seriez responsable de 100 euros de cette facture, en supposant que votre franchise a été entièrement atteinte.

En revanche, un prestataire du réseau pourrait facturer à votre compagnie d’assurance seulement 100 euros pour cette même procédure, dont vous pourriez n’avoir à payer qu’une quote-part de 40 euros pour la visite au bureau. Selon votre couverture, la coassurance peut même ne pas s’appliquer lorsque vous traitez avec des prestataires du réseau. C’est pourquoi il est important de vérifier vos avantages avant d’opter pour des services hors réseau.

Vous pouvez économiser de l’argent sur vos frais médicaux en vous en tenant aux prestataires du réseau lorsque cela est possible. Cependant, gardez à l’esprit que ce n’est pas parce que votre compagnie d’assurance répertorie un fournisseur ou un établissement comme faisant partie du réseau que vous êtes automatiquement couvert pour tous les services rendus.

Les services hors réseau ne sont pas toujours disponibles.

Bien que je me sois assurée d’accoucher mes jumeaux dans un hôpital du réseau, le médecin qui a effectué les tests auditifs de mes nouveau-nés s’est retrouvé hors réseau. Je l’ai appris à mes dépens lorsque j’ai reçu par courrier deux factures de 375 euros chacune. Lorsque j’ai fait appel auprès de ma compagnie d’assurance au motif que je n’avais pas été informée du statut hors réseau du prestataire (et que je n’avais pas d’autre choix que d’utiliser ses services puisqu’il était le seul disponible pour effectuer les tests ce jour-là), ma compagnie d’assurance a accepté de payer 150 euros de chaque facture, car c’est le montant qu’elle verse généralement aux prestataires de tests auditifs sous contrat. Malheureusement, cela me laissait tout de même responsable d’un solde de 225 euros par enfant pour les montants non couverts par ma compagnie d’assurance.

3. Soyez malin en matière d’ordonnances

Que vous soyez célibataire ou que vous ayez une famille, les frais d’ordonnance peuvent vraiment s’accumuler au cours d’une année. Le montant que vous payez pour vos médicaments dépend de votre régime d’assurance spécifique et du type de médicament en question. Certains plans ont un système à plusieurs niveaux où certains médicaments ont des copays plus élevés que d’autres.

Vous pouvez économiser de l’argent sur vos ordonnances en prenant l’une ou l’ensemble des mesures suivantes :

  • Se procurer des fournitures de 90 jours. Certaines compagnies d’assurance offrent des rabais importants sur les médicaments si vous commandez un approvisionnement de 90 jours, au lieu de renouveler votre ordonnance de 30 jours d’un mois à l’autre. Pour bénéficier d’un rabais, vous devrez peut-être commander vos médicaments auprès d’une pharmacie spécifique ou d’un service de vente par correspondance. Selon la couverture de votre ordonnance, le prix de base d’un approvisionnement de 90 jours peut en fait être inférieur par unité à celui d’un approvisionnement de 30 jours. Dans le cadre de mon régime, par exemple, un approvisionnement de 30 jours d’un de mes médicaments à prendre une fois par jour coûte 20 euros, alors qu’un approvisionnement de 90 jours ne coûte que 10 euros. Cela signifie que je paierais 0,67 euros par pilule en utilisant un approvisionnement de 30 jours, mais seulement 0,11 euros par pilule en utilisant un approvisionnement de 90 jours.
  • Demandez des génériques. Certaines compagnies d’assurance demandent des quotes-parts plus élevées pour les médicaments de marque que pour les génériques, c’est pourquoi il est toujours utile de demander à votre médecin s’il existe une version générique de votre médicament. La plupart du temps, les médicaments génériques fonctionnent exactement comme leurs homologues de marque, mais ils sont beaucoup moins chers. Toutefois, si vous décidez d’utiliser des génériques, sachez que, selon un arrêt de la Cour suprême, les fabricants de médicaments génériques ne peuvent être poursuivis en justice en cas de réactions indésirables à leurs produits, ce qui soulève quelques problèmes de sécurité potentiels. Si vous êtes inquiet à l’idée de prendre un générique, discutez des risques avec votre médecin. Lorsque je suis passé d’un médicament de marque à un générique il y a quelques années, mes frais personnels sont passés de 50 euros à 10 euros par mois.
  • Demander des échantillons. Les compagnies pharmaceutiques ont pour habitude de fournir aux médecins des échantillons de leurs produits. Si on vous prescrit des médicaments, essayez de demander un échantillon à votre médecin. En fonction de votre couverture et de la façon dont le médicament en question est délivré, vous pourriez réduire considérablement vos coûts en obtenant ne serait-ce que quelques doses gratuites.
  • Utiliser des remèdes en vente libre à la place des médicaments prescrits. Il n’est pas toujours nécessaire de prendre des médicaments sur ordonnance pour régler un problème médical ou un souci de santé. Si l’on vous prescrit un médicament qui s’avère coûteux, demandez à votre médecin s’il existe une solution moins coûteuse, en vente libre, pour résoudre votre problème. C’est ce qu’a fait une de mes amies lorsqu’elle était enceinte et qu’elle ne voulait pas payer ses 50 euros mensuels pour des vitamines prénatales sur ordonnance. Son médecin l’a aidée à trouver une alternative en vente libre pour seulement 25 euros par mois.

4. Examinez minutieusement vos factures et vos relevés

Ces relevés d’explication des prestations (EOB) de votre compagnie d’assurance peuvent sembler être un gaspillage de papier, mais en réalité, ce sont des documents importants qui méritent d’être examinés. Un EOB est la façon dont votre compagnie d’assurance vous explique, en détail, les services ou les demandes de remboursement qu’elle a couverts et ceux qu’elle n’a pas couverts.

Il s’agit d’un document important qui mérite d’être examiné.

Certaines personnes ont l’habitude des jeter à la poubelle sans les lire, mais en agissant ainsi, vous pourriez vous coûter pas mal d’argent. Vous ne savez jamais quand votre compagnie d’assurance peut traiter une demande de manière incorrecte, ou refuser un service parce qu’il a été facturé de manière incorrecte. Plus vous examinez de près vos relevés EOB, plus vous avez de chances d’attraper des erreurs qui jouent en votre faveur.

La même stratégie s’applique aux factures que vous recevez directement de vos prestataires. Lisez toujours chaque ligne avant d’accepter de payer le montant facturé. Si la facture que vous recevez n’est pas détaillée, demandez une ventilation des frais concernés et vérifiez toujours que vos factures ne contiennent pas d’erreurs mathématiques.

Les factures sont des documents de référence.

En outre, avant de payer directement un prestataire, assurez-vous que la facture en question a effectivement été soumise à votre compagnie d’assurance en premier lieu. Parfois, un prestataire néglige de facturer votre compagnie d’assurance, ou soumet une demande de remboursement incorrecte. Lorsqu’un prestataire ne dispose pas de vos informations d’assurance actuelles ou qu’il reçoit un refus de la part d’une compagnie d’assurance, la prochaine étape consiste souvent à envoyer la facture directement au patient. C’est donc à vous de vous assurer que vous êtes vraiment responsable du paiement des factures que vous recevez.

5. Diminuez les factures que vous êtes responsable de payer

Même si vous êtes vigilant en vérifiant votre couverture à l’avance et en essayant de choisir des prestataires du réseau, vous pouvez vous retrouver coincé avec certaines factures médicales qui peuvent vous jeter dans une boucle financière. Bien que vous ne puissiez pas simplement ignorer ces factures, il y a quelques gestes que vous pouvez faire pour atténuer les dommages financiers qu’elles pourraient causer.

Avant de payer, prenez les mesures suivantes :

  • Déposer un appel auprès de votre compagnie d’assurance. Le délai dont vous disposez pour déposer un appel varie selon le régime, alors assurez-vous d’agir rapidement si vous recevez un avis de refus d’une demande de remboursement. Même si votre appel initial est rejeté, vous disposez généralement de recours supplémentaires, notamment la possibilité de déposer un second appel.
  • Négocier avec votre fournisseur pour les services non couverts. Une fois que vous n’avez plus de possibilités de recours et que vous vous retrouvez à devoir payer une facture médicale, vous pouvez essayer de négocier avec le prestataire qui a émis la facture. Un prestataire peut vous offrir un tarif réduit si vous expliquez que vous payez de votre poche – peut-être par charité, mais certainement pour que le prestataire augmente ses chances d’être payé. Lorsqu’une de mes amies a reçu une facture de 2 500 euros pour des services de soins intensifs néonatals qui s’est avérée ne pas être couverte par sa compagnie d’assurance, elle a appelé le prestataire et lui a déclaré sans détour qu’elle ne pouvait pas se permettre ce montant. Le prestataire a fini par réduire sa facture à 1 500 euros, qu’elle a ensuite réglée en plusieurs versements.
  • S’assurer l’aide d’un défenseur de la santé. Si vous ne parvenez pas à résoudre votre problème de facturation par vous-même, un défenseur professionnel de la santé peut vous aider. Un défenseur de la santé est une personne formée pour négocier des questions médicales en votre nom, y compris des questions financières. Certaines entreprises offrent un service de défenseur de la santé à leurs employés. Si vous êtes confronté à des factures médicales élevées, il est utile de vérifier si votre entreprise offre cet avantage. Si vous ne travaillez pas pour une entreprise qui offre ce service, vous pouvez accéder à un défenseur de la santé gratuit via la Patient Advocate Foundation.

6. Choisir le bon établissement

Votre coût pour un service particulier pourrait varier en fonction de l’endroit où vous le faites réaliser. Même si vous choisissez un établissement du réseau, en fonction de votre couverture, certains tests ou procédures pourraient être moins chers lorsqu’ils sont effectués dans un laboratoire ou un centre d’imagerie plutôt que dans un hôpital.

Il est possible de choisir un établissement du réseau.

De même, une clinique sans rendez-vous ou un établissement de soins urgents peut être moins cher qu’une urgence. Si vous êtes confronté à une situation non urgente, le type où vous n’envisageriez les urgences que parce que c’est le week-end et que votre médecin n’est peut-être pas disponible, il est intéressant de voir s’il y a une clinique sans rendez-vous ouverte ou un établissement de soins urgents à visiter à la place. Certaines cliniques sans rendez-vous offrent même des tarifs dégressifs en fonction du revenu, de sorte que vous pourriez finir par économiser de l’argent en bénéficiant d’un traitement à faible coût.

7. Rechercher des soins préventifs

Il est plus rentable de traiter les problèmes médicaux à un stade précoce avant qu’ils ne s’aggravent en problèmes complets. De nombreux régimes d’assurance offrent aux participants un examen médical annuel gratuit, car les soins préventifs font économiser de l’argent aux assureurs à long terme. Si l’on vous offre la possibilité de passer un examen médical ou annuel gratuit, profitez-en. C’est bon pour votre santé, mais cela peut aussi aider à prévenir des problèmes médicaux coûteux à terme.

Lors d’un examen de routine, le médecin de mon amie a découvert une excroissance sur sa thyroïde par simple palpation. Des tests supplémentaires ont révélé qu’elle était cancéreuse, mais comme elle a été détectée tôt, le problème a été résolu avec un traitement minimal. Non seulement cela a permis à mon amie d’économiser de l’argent, mais cela a très probablement sauvé sa vie.

8. Interrogez votre médecin

Les médecins et autres professionnels de la santé peuvent avoir à cœur les meilleurs intérêts de leurs patients. Cependant, cela implique parfois de commander des tests ou des procédures coûteuses pour tenter de couvrir toutes les bases et de fournir les soins les plus complets. Si cela se traduit par des dépenses supplémentaires pour vous, vous voudrez peut-être interroger votre médecin avant de vous lancer.

Si l’on vous présente une option de test ou de traitement que votre compagnie d’assurance ne couvre pas, ou une option qui est couverte mais qui vous coûte néanmoins très cher, demandez à votre médecin si vous en avez vraiment besoin. Si vous lui expliquez les implications financières, votre médecin pourra peut-être travailler avec vous pour trouver une alternative plus rentable

Il est important de savoir si vous avez besoin d’un test ou d’un traitement.

Si, après avoir eu la conversation, votre médecin insiste sur la série initiale de tests ou de traitements prescrits, vous avez encore des options pour réduire vos frais remboursables. Tout d’abord, vous pouvez demander à votre médecin d’écrire à votre compagnie d’assurance une lettre de nécessité médicale, c’est-à-dire une lettre qui cherche à convaincre une compagnie d’assurance de payer un service qu’elle ne couvrirait normalement pas, sur la base du fait que votre situation particulière justifie le traitement exact en question.

Si cela ne fonctionne pas, votre médecin peut être disposé à collaborer avec vous pour effectuer le service à un coût réduit. Et n’oubliez pas, vous avez toujours le droit de refuser un certain test ou une certaine procédure si cela vous met mal à l’aise ou si vous ne pensez pas que c’est dans votre intérêt. La clé est de parler et d’explorer d’autres avenues avant d’accepter quelque chose dont vous savez que cela finira par être un fardeau financier.

9. Obtenez un compte de dépenses flexible (FSA)

Bien qu’un compte de dépenses flexible (FSA) ne réduira pas vos coûts médicaux réels, il peut vous aider à économiser de l’argent sur les dépenses de santé en vous permettant d’allouer de avant impôt à des articles qualifiés tels que les prescriptions, les copays en cabinet et les lunettes. Vous pouvez souscrire à un compte de dépenses flexible auprès de votre employeur. À partir de là, il ne vous reste plus qu’à déterminer combien d’argent y allouer.

Selon les directives de l’IRS, vous pouvez allouer un maximum de 2 550 euros de votre revenu annuel à votre FSA. Cela signifie que si votre taux normal d’imposition sur le revenu est de 30 %, vous pouvez économiser environ 750 euros au cours d’une année en maximisant votre contribution au FSA et en utilisant tous ces fonds pour payer des soins médicaux.

Le hic, c’est que votre argent est alloué sur la base du principe utilisez-le ou perdez-le. Si vous décidez de mettre la totalité des 2 550 euros dans votre FSA mais que vous n’engagez que 1 550 euros de frais médicaux admissibles au cours de l’année, vous perdez vos derniers 1 000 euros. Pour éviter ce problème, consultez les dossiers de l’année dernière pour voir combien vous avez dépensé en frais médicaux et ajoutez-y les coûts estimés de vos prescriptions pour les médicaments que vous prenez actuellement. Cela devrait vous aider à déterminer le bon montant à mettre dans votre FSA.

Si vous finissez par allouer trop d’argent à votre FSA au cours d’une année donnée, ne paniquez pas. Vous pourriez être en mesure de payer à l’avance certaines dépenses de l’année suivante pour utiliser votre argent, ou de programmer un examen ou une procédure à venir plus tôt. C’est ce qui m’est arrivé il y a quelques années, lorsque je me suis retrouvé avec un solde inutilisé de près de 200 euros avant la date limite pour épuiser le solde de mon FSA. Pour éviter de gaspiller l’argent, j’ai commandé de nouvelles lentilles de contact, même si je savais que je n’en aurais pas besoin avant plusieurs mois, et j’ai renouvelé un médicament sur ordonnance plus tôt que prévu pour utiliser les fonds restants et économiser de l’argent dans la nouvelle année.

Mot final

Lorsqu’il s’agit d’économiser de l’argent sur les frais de santé, l’une des meilleures choses que vous puissiez faire est d’être proactif et bien informé. Quelle que soit la situation, prenez le temps de comprendre vos avantages et vos options de traitement pour éviter les mauvaises surprises lorsque ces factures arrivent. N’oubliez pas que vous avez toujours le droit de refuser un traitement ou de rechercher d’autres options si vous estimez que le coût qui vous est présenté est tout simplement trop élevé. Les soins de santé sont un élément essentiel de votre vie.

Combien d’argent dépensez-vous chaque année en frais médicaux ? Quelles mesures avez-vous prises pour réduire vos dépenses ?

Laissez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A PROPOS D’ESPRIT PUBLIC :

En manque d'esprit ?

Esprit Public, un webmag, ouvert aux collaborations, consacré aux conseils et infos qui changent positivement les esprits afin d’être bien et mieux informé.

Il vous sera possible comme cela de lire des articles de nos rédacteurs abordant par exemple des sujets tels que la famille et la jeunesse, les formations et l’emploi ainsi que sur les services aux entreprises et aux professionnels …

Vous aimerez aussi ces articles :

Ecommerce, magasin, code promo

Récemment, une organisation locale que je soutiens a organisé une collecte de nourriture. On nous a donné un sac d’épicerie un soir de fête...

École, formation, emploi, enseignement

Aujourd’hui nous parlons de la préparation du collège et des façons dont vous pouvez aider votre enfant en le préparant. Le collège peut être...

Tourisme, vacances, voyage

Bangkok, bien connue comme le pays du sourire» est en effet un pays de contrastes qui présente un mélange fascinant de tout ce que...

Smartphone, communication

L’importance de la photographie ne peut être sous-estimée. Depuis le boom des smartphones, presque tous les appareils mobiles ont une sorte d’appareil photo intégré,...