Catégories
Nature, environnement, écologie, bio

Les 6 principaux niveaux d’organisation en matière d’écologie

Bien connaître les différents niveaux d’organisation en écologie est une exigence de base lorsqu’il s’agit d’études environnementales. Dans cet article, nous allons insister sur ces niveaux écologiques et vous aider à mieux comprendre ce concept.

L’écologie est l’étude scientifique des relations entre les organismes vivants et l’environnement.

L’écologie est l’étude scientifique de la relation entre les organismes vivants et l’environnement. Sous-ensemble de la biologie, elle implique l’étude de divers attributs des formes de vie, notamment leur processus de vie, leur distribution, leur adaptation, leur succession, leur mouvement et leur rôle dans le transfert d’énergie. Bien qu’elle ne soit pas directement associée aux sciences de l’environnement, divers aspects de cette discipline ont un rôle crucial à jouer lorsqu’il s’agit d’établir une base solide pour les études environnementales. L’organisation écologique est l’un de ces aspects de cette discipline, qui simplifie les choses en classant l’environnement en différents niveaux, en commençant par l’organisme individuel jusqu’à la biosphère dans son ensemble.

écologie

Quels sont les 6 niveaux d’organisation en écologie ?

L’organisation biologique est une hiérarchie de structures et de systèmes biologiques complexes, allant des atomes au niveau le plus bas à la biosphère au niveau le plus élevé, qui sont utilisés pour définir la vie en recourant à ce que l’on appelle l’approche réductionniste. L’organisation écologique fait référence aux niveaux d’organisation biologique qui se situent à l’extrémité supérieure de la hiérarchie, allant de l’organisme individuel à la biosphère. L’autre partie de l’organisation biologique comprend les différents niveaux d’organisation des êtres vivants, qui vont de la cellule individuelle à l’organisme.

Organisation écologique

1. Au niveau le plus bas de l’organisation écologique, on trouve des espèces individuelles d’organismes vivants. Toutes les espèces végétales et animales de la planète, des bactéries et champignons microscopiques au mammouth bleu en passant par les séquoias géants, trouvent une place à ce niveau de la pyramide écologique. La répartition de ces espèces est régie par des facteurs abiotiques de ladite région.

2. le deuxième niveau de cette pyramide comprend la population des espèces individuelles figurant dans le premier niveau. Dans ce cas, la population désigne un groupe d’espèces vivant ensemble dans une zone géographique délimitée. Par exemple, un troupeau de gnous dans la savane africaine ou des coyotes dans les prairies d’Amérique du Nord.

3 Le troisième niveau de la pyramide écologique comprend des communautés d’espèces différentes qui vivent ensemble dans une zone géographique délimitée et interagissent entre elles. Cette interaction entre les membres de ces communautés s’articule souvent autour du concept de relations prédateur-proie et symbiotique.

Il s’agit d’une pyramide écologique.

4. Au niveau suivant de l’organisation écologique se trouve l’ écosystème, un environnement biologique comprenant tous les organismes vivants et les choses non vivantes (ou facteurs abiotiques tels que l’air, le sol et l’eau) dans une région particulière et l’interaction entre eux. Bien que de nombreuses personnes fassent référence à ces niveaux comme étant les niveaux d’organisation d’un écosystème, c’est techniquement incorrect car l’écosystème en lui-même est l’un des niveaux de l’organisation écologique.

5. Le cinquième niveau d’une pyramide écologique est celui d’un biome, une communauté biotique majeure qui est typiquement caractérisée par des formes dominantes de végétation et des conditions climatiques. Parmi les biomes les plus importants du monde, on trouve le biome du désert, le biome de la forêt tropicale, le biome de la savane, etc.

6) Le dernier niveau de la pyramide écologique est la biosphère, qui est constituée de la surface et de l’atmosphère de la Terre. Elle est également connue comme la zone de vie sur Terre, en raison du fait que toutes les formes de vie présentes sur la planète y coexistent. En termes simples, c’est la somme de tous les écosystèmes de cette planète.

Bien que techniquement il existe six niveaux d’organisation en écologie, il existe certaines sources qui n’en identifient que cinq, à savoir l’organisme, la population, les communautés, l’écosystème et le biome ; excluant la biosphère de la liste. Avec la quantité de biodiversité dont la planète se vante, l’idée de classer l’environnement en différents niveaux s’avère sûrement pratique pour étudier l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *